La violence psychologique laisse aussi des marques !

la violence psychologique laisse aussi des marques

La violence psychologique laisse aussi des marques !

L’amour comporte parfois des aspects incompréhensibles et perturbants. Sous le couvert de l’amour se dissimule parfois les pires atrocités… voire les pires bassesses. Le prétexte, même noble, ne connaît pas toujours des fins heureuses. La violence est connue pour infliger des souffrances, terroriser, affecter la confiance et l’estime de soi, mais elle se cache quelques fois derrière un écran de fumée… Mais souvent, elle n‘est pas facile de la reconnaître. Il est donc difficile de la fuir…

Définir la violence
La violence psychologique ne laisse pas de traces physiques, mais les blessures sont réelles. Elle représente très souvent la porte d’entrée vers l’agression physique, voire le meurtre ou le suicide. Des hommes dans la majeure partie du cas, les agresseurs manipulent leurs victimes, habituellement des femmes, leurs femmes et en arrivent à les placer sous leur emprise via soi-disant l’amour.

Certains signes ne mentent pas (un/e partenaire qui en manifeste plusieurs, doit définitivement être considéré comme étant un/e agresseur/e potentiel/le).

Il culpabilise l’autre sous divers prétextes (amour, lien familial, valeurs religieuses…).
Il ment.
Il ne supporte pas la critique.
Il reporte la responsabilité sur autrui (ce n’est jamais de sa faute, toujours celle de l’autre ou des autres).
Il atteint ses objectifs aux dépens des autres (marche sur les autres pour se valoriser).
Il critique, menace, fait du chantage, dénigre, humilie.
Il provoque la zizanie (divise pour mieux régner).
Il isole sa victime (sa famille n’est bonne à rien, ses amis des vauriens – l’autre en vient à le croire et à couper les liens avec ceux et celles qu’il aime).
Il est sexuellement abusif ou contrôlant (les relations se font au moment où il le désire, il humilie).
Il est indifférent, il méprise, il dénigre, il intimide.

La victime doit réagir
Malheureusement, encore trop de situations tournent à la tragédie puisque la victime ne se sent pas capable de réagir (en quittant son bourreau par exemple) ou en n’étant pas prise au sérieux.
Chose certaine, personne ne doit accepter une situation qui la fait souffrir ou qui menace son intégrité physique ou morale.

Si tu es dans ce cas, je t’invite à aller visiter notre page Ressources pour de l’aide.

Partagez

Avatar
Myrabelle Poulin

Mère, rédactrice, auteure, amoureuse de la vie et particulièrement des félins. Entrepreneure depuis plus de 20 ans et propriétaire de l’entreprise Humanimalité Inc. Suite à de nombreuses relations amoureuses très douloureuses, mais combien positive pour ce qu’elles ont enseignées, est né le concept de cette nouvelle entreprise, Les Mots de Myra. Mettre à profit les expériences, afin qu’elles soient maintenant porteuses d’un bagage positif à des femmes, ayant vécues de la violence et qui décident un jour, de changer leur vie, et d’en reprendre le contrôle, de retrouver leur propre pouvoir ! Même si nous sommes victimes de violences et d’abus peu importe la forme, nous pouvons aussi faire le choix de ne plus être une « victime ». Ose Être à nouveau tout comme moi ! Myrabelle

3
Poster un Commentaire<br><small> (vous voulez rester anonyme, publier votre commentaire sans remplir vos coordonnées)</small>

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
RangasamyMoniqueAnonyme Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Anonyme
Invité
Anonyme

BRAVO ! Myra !
Il y a 9 ans j’ai rencontré un de mes bourreaux et je me bas toujours car c’est le père de mes enfants.
Toutefois, il n’est plus question de prise de tête mais plutôt de préserver ma sécurité et celle de mes enfants maintenant.

J’aime beaucoup te lire c’est intéressant et inspirant merci pour ça😉
Bonne soirée ❣️💪

Monique
Invité
Monique

C’est exactement je que j’ai vécu; j’ai dû fuir pour sauver ma peau !

Rangasamy
Invité
Rangasamy

Ça me parle beaucoup